Posts Written ByChalou

Hello ! J’avais très envie de parler de ce sujet. Tous les futurs mariés se posent forcément cette question pour capturer à jamais des souvenirs de leur grand jour : on prend un photographe ? Un vidéaste ? Ou les deux ?

Le photographe

Je savais depuis le début des préparatifs (et même avant) que je voulais impérativement un photographe pour le jour de notre mariage. Je voulais qu’il soit là de la préparation des mariés jusqu’au vin d’honneur. Je savais encore une fois quel style de photo j’aimais et je voulais. J’ai tout de suite contacté Sébastien Voerman, photographe que nous avions déjà engagé 3 ans auparavant pour un shooting photo à la fin de ma grossesse. J’adore son travail, son style de photo, sa manière d’immortaliser les visages, ses couleurs et ses lumières. Je l’ai contacté en septembre 2016 pour réserver le 26 août 2017 et ouf, il avait encore ce weekend-là de libre ! Un conseil, ne tardez pas à réserver votre photographe car bien souvent ils sont vite pris d’assaut… En règle générale, il faudra lui verser un acompte de 30% pour bloquer la date.

On n’a pas eu besoin de se voir avant le jour -J, on s’est juste appelé et envoyé quelques mails pour les infos pratiques, l’organisation, etc. Il m’avait demandé de dresser une liste de 15 groupes maximum pour les incontournables photos de groupe, pour nous éviter (à nous, les mariés) de passer 1h30 à sourire en dégoulinant au soleil. C’était une super idée, qui nous a permis de prendre en photo tous les groupes d’invités en 20 minutes chrono et de profiter à fond du reste de la soirée. Voici quelques instants magiques sélectionnés parmi les centaines de sublimes photos qu’il nous a livré quelques semaines après le mariage…

Encore bravo et merci à toi, Sébastien.

Le vidéaste

Pour le vidéaste, c’est une toute autre histoire… Je n’en voulais pas, je trouvais ça trop cher et pas essentiel. Je n’avais même pas pris la peine d’en chercher un ou de demander un devis. Mais une quinzaine de jours avant le mariage, j’ai quand même eu un gros doute… Et si on passait à côté de quelque chose ? Et si on regrettait de ne pas avoir un film de notre mariage finalement ? Se posait aussi la question du budget… Est-ce qu’on peut se le permettre avec tout ce qu’on a déjà à dépenser ? On a alors pris la décision d’en chercher un à la dernière minute et de s’offrir cette vidéo en cadeau de mariage (on a misé sur une partie des enveloppes). Un dimanche après-midi, j’ai lancé une « bouteille à la mer » en envoyant des dizaines de messages à tous les vidéastes de la région, notamment en passant par le site Mariages.net, qui propose de nombreux prestataires. Évidemment, beaucoup m’ont répondu qu’ils n’étaient pas disponibles ce jour-là… D’autres étaient disponibles et pas très cher, mais leur style de vidéos ne me plaisait pas…

Puis j’ai reçu un mail de Jérémie Malfitano, disponible pour notre jour-J. J’étais sous le charme de ses précédentes vidéos de mariage… Yes ! On s’est donc rencontré une semaine avant le mariage pour les détails et l’organisation. Il a tout de suite capté qui on était et ce qu’on voulait. Je n’ai absolument pas regretté ce choix, j’étais même ravie d’avoir changé d’avis à la dernière minute. Je partage avec vous le short movie que nous avons reçu avant d’avoir la version plus longue (de 10-15 minutes). J’en ai des frissons à chaque visionnage…

Conclusion, je répondrais « les deux » à ma question du début car cette journée passe tellement vite que ça vaut le coup d’investir dans ces 2 prestations qui garantissent des beaux souvenirs pour soi et aussi pour les proches. Non, je ne regrette rien.

A très vite,

Charlotte.

Après mon article « un mariage sans DJ »… un mariage sans dragées ! Pourquoi ? Déjà parce qu’on aime pas trop ça (bon allez, ceux au chocolat encore, ça passe…) et qu’on avait envie d’offrir un petit souvenir sorti des sentiers battus à nos convives.

Vous l’aurez sûrement compris, on va donc parler du cadeau aux invités dans cet articles. Nous avons remplacé les traditionnelles dragées par… des plantes ! #gogreen

DIY #2 : Mini-plantes à offrir en souvenir

Une fois n’est pas coutume, j’avais déniché cette idée sur Pinterest bien sur. J’aimais bien ce petit cadeau original que mes invités pourraient garder chez eux en déco. J’ai longuement hésité avec les Shanty biscuits, d’adorables petits gâteaux à messages personnalisés, confectionnés à Aix-en-Provence. Finalement, je voulais un cadeau plus pérenne et non comestible, je suis alors restée sur l’idée des petites plantes.

Inspiration

En plus d’être un cadeau plutôt sympa à offrir, c’est devenu un élément de déco de notre mariage, qui allait totalement dans le thème boho, naturel. J’avais placé une étiquette nominative par petit pot (un par couple/famille) et le petit jeu des invités était donc de trouver sa mini-plante. J’ai choisi une sélection de succulentes chez le fleuriste qui a fourni toutes les fleurs du mariage (dont je vous reparlerai dans un autre article!). Je voulais éviter les cactus, trop piquants et pas facile à transporter bien que très mignons ;-)

Matériel nécessaire :

  • les mini-succulentes (budget = environ 1,50€-2€ / l’unité)
  • des mini pots en terre cuite que j’ai acheté chez Cultura (7,59€ le lot de 10)
  • des pics à brochettes (moins de 2€ les 100)
  • du papier kraft
  • un tampon ou juste un feutre noir
  • un sécateur ou une pince pour couper les pics en 2
  • de la colle, des ciseaux, un crayon, une règle pour les drapeaux
  • une bonne dose de patience et un bon verre de vin ;-)

J’ai confectionné les drapeaux à l’aide de ma super témoin Malou en une soirée, puis c’est ma copine d’amour Julie qui m’a aidé à les mettre en pot quelques jours avant le big day. J’ai trouvé une vieille échelle de peintre à l’endroit où je travaille (avantage de travailler à la campagne dans une vieille maison!) et j’ai acheté une caisse à pommes ancienne à 12€ toujours chez mon fleuriste. J’ai utilisé une ardoise que j’avais chez moi pour le message « servez-vous », une bougie que j’avais dans mon jardin, et le tour était joué !

Résultat en image…

Pour la petite anecdote, à peu près 90% des nos invités m’ont avoué que leur plante n’était plus ! Pas évident à entretenir c’est vrai, la mienne aussi n’a pas survécu alors je ne leur en veux pas. Y ‘a plus qu’à en replanter une pour réutiliser le pot :-)

A bientôt pour le prochain article #DoItYourself,

Charlotte.

Oui oui, c’est possible ! On l’a fait ;-) Dans cet article je voulais partager avec vous notre choix de faire l’impasse sur le traditionnel DJ et vous raconter un peu ce qui a déterminé nos choix, et comment on s’en est sorti.

Quand on se marie, il faut d’abord dresser un budget approximatif du total (bien que ça soit un peu effrayant, je vous l’accorde) et allouer un certain prix maximum à chaque chose. Vous allez rapidement vous rendre compte de ce qui est essentiel et non négociable pour vous, et de ce dont en revanche, vous pourriez vous passer. C’est un choix très personnel car certains feront l’impasse sur le photographe, d’autres sur la location d’une voiture, le fait d’engager ou non un wedding planner, ou encore sur le prix de la robe de mariée, etc.

Nous avons été rapidement d’accord sur le fait de ne pas prendre de DJ pour plusieurs raisons :

1. Le prix

Comme je le disais, c’était un budget à dépenser en moins, et qu’on a préféré mettre dans autre chose. J’avais déjà un compte Spotify payant qui permet de faire des playlists à écouter sans connexion internet (très pratique quand le lieu du mariage se trouve dans la pampa!) et la salle qu’on a loué possédait déjà toute la sono. Banco !

2. Par « expérience »

On l’a déjà vécu lors d’un mariage dans notre entourage. Ils avaient fait ce choix et ne l’avaient pas du tout regretté. Tout s’était super bien passé, les gens n’ont pas arrêté de danser, l’ambiance était top, alors on s’est dit pourquoi pas faire comme eux ?

3. La musique qui nous ressemble

Je pense qu’on avait un peu tous les deux la phobie-cliché du DJ complètement ringard, qui passe des chansons qu’on déteste et qui hurle toute la soirée dans le micro, aux lumières de sa boule à facettes… Je sais bien que tous les DJ ne sont pas comme ça (fort heureusement!) mais on ne voulait pas prendre le risque d’embaucher un prestataire qui ne nous ressemblerait pas.

 

Alors on s’est fait confiance et on s’est dit que l’ambiance qu’on voulait à notre mariage, c’était à nous de la créer. On a passé plusieurs soirée à dresser 2 longues playlists : apéro & soirée. Avantages de Spotify : on peut voir combien d’heures durent les playlists (on en était à environ 9h de musique) et on peut configurer le fondu enchaîné entre les chansons. On a choisi des sons qu’on aime, que nos proches aiment et on était quasiment sûrs que tout se passerait bien et qu’on allait gérer. Et honnêtement, je pense qu’on ne s’est pas trompés. Quand les amis, frères, sœurs, parents, oncles, tantes et cousins restent sur la piste de danse jusqu’à 3h30 du matin, c’est que l’ambiance est plutôt bonne ! D’ailleurs, le plus beau compliment qu’on ait reçu, c’était de nous dire que c’était un mariage « à notre image » et qu’ils ne se sont pas ennuyés une minute. C’était exactement ce qu’on espérait, la plus belle des récompenses pour cette année d’effort…

 

Surtout, écoutez-vous ! Même s’il y a des codes traditionnels du mariage auxquels on pense ne pas pouvoir échapper, c’est faux ! Faites de votre mariage ce que vous voulez qu’il soit, et non pas ce que vos proches imaginent. Promis vous ne le regretterez pas et eux non plus :-)

 

A bientôt,

Charlotte.

Hello hello ! Pour commencer, je vous souhaite une super belle année 2018, qu’elle vous apporte l’amour, le bonheur et la santé… et qu’elle soit créative et pleines de projets fous !

Ça fait un moment que je voulais vous parler de ma déco de mariage quasiment 100% Do It Yourself et faite à moindre coût.

Même avant la demande de mon chéri, j’avais déjà en tête le style de mariage que je voulais : des couleurs naturelles, un style bohème chic ou champêtre, fleuri, avec pas mal de matières récupérées et de fabrications faites main, et ça tombe bien, j’adore ça ! Alors j’ai quand même créé avant de me lancer, un board « wedding ideas » sur mon Pinterest, cet outil formidable et indispensable pour trouver l’inspiration, garder et trier mes bonnes trouvailles.

L’heure est aux bonnes résolutions je vais donc essayer de m’y tenir et de vous poster un #diy par semaine (j’en ai préparé une petite série !). Malheureusement je n’ai pas pu faire beaucoup de photos / vidéos des pas à pas pour chaque élément de déco. Mais je me dis que cet article peut quand même vous donner quelques idées ;-)

DIY #1 : Un globe-terrestre pour voyager…

J’étais tombée sur cette épingle Pinterest qui m’a renvoyée vers ce super article tuto du site Un beau jour (les photos sont simplement magnifiques, les articles au top, si vous vous mariez OU PAS d’ailleurs, filez voir ce site !). À la base, c’était un DIY pour créer un livre d’or. Je n’ai donc rien inventé, j’ai réutilisé ce pas à pas en twistant un peu l’idée et pour en faire mon urne à enveloppe, pour qu’on puisse s’offrir notre voyage de noces.

J’ai commencé par chiner un globe-lampe sur leboncoin.fr à 15€. Mon chéri a percé une fente à l’aide de sa Dremel puis j’ai entièrement peint le globe en blanc puis en bleu ciel. J’ai bombé le pied en doré/cuivré. 

Puis je me suis inspirée des jolies fleurs de Rifle Paper Co. pour l’illustration. Je les ai peintes à l’acrylique. J’ai ensuite écrit à la peinture dorée notre phrase fétiche : « When there’s a will, there’s a way… »

J’ai gardé ce beau souvenir de notre mariage qui trône sur le secrétaire du salon. On a même remis l’ampoule dedans pour l’allumer de temps en temps.

Le globe à été bien rempli, et grâce à nos proches nous avons pu nous offrir un voyage de rêve à l’Île Maurice… Encore mille mercis à eux

À très vite pour le prochain #diy !

Charlotte.

Aujourd’hui, je vous propose un article un peu différents des autres. J’avais envie de vous parler de notre fantastique destination de lune de miel : l’Île Maurice. C’est une destination assez chère et très prisée pour les voyages de noces (on n’a pas été très originaux sur ce coup-là!). Un retour sur notre semaine de rêve, nos visites, quelques infos pratiques et conseils, et évidemment quelques photos. Bref, je vous dit tout !

L’hôtel & le trajet

Nous sommes passés par l’agence de voyages Ginhoux à Avignon pour plusieurs raisons :

  • pour gagner de temps : l’année du mariage, comme vous l’avez compris, j’étais légèrement débordée, et c’était une chose en moins à m’occuper
  • en passant par une agence, on ne paye qu’un acompte (environ 30%) à la réservation, et le reste juste avant le départ, soit après avoir eu nos enveloppes cadeau au mariage –> pratique !
  • un autre avantage : l’agence précise que nous sommes en lune de miel (certificat de mariage à fournir). Donc dans le meilleur de cas on peut avoir des tarifs préférentiels ou des nuitées gratuites par exemple, voire même, pour notre part un surclassement : le jour de notre arrivée, l’hôtesse d’accueil nous a annoncé qu’ils nous avaient passé en « all inclusive » avec une chambre front de mer, au lieu d’être en demi-pension avec vue mer ! Lucky us ! Et ils nous ont aussi offert un diner romantique sur la plage :-)

Myriam, notre agent de voyage nous a proposé plusieurs hôtels avec différentes dates, heures de vol, etc selon nos critères de recherche. Nous avons finalement flashé sur le Zilwa Attitude dans le nord de l’Île. On a adoré cet hôtel en bord de mer avec piscines à débordement, le chaleureux accueil des mauriciens qui étaient aux petit soin avec nous, l’ambiance, la cuisine, la déco, le service… Des activités et des animations étaient proposées gratuitement tous les jours : paddle, snorkeling, kayak, beach-volley, cours de cuisine, cours de créole, etc. Bref, coup de cœur absolu pour ce lieu !

Nos excursions & visites

  1. L’île aux Cerfs : un magnifique îlot inhabité avec plage de sable blanc et eaux cristallines. Tout le monde nous en avait parlé, c’est certes hyper beau, mais malheureusement beaucoup trop prisé pour le tourisme : il y a énormément de monde (difficile de prendre une photo sans avoir les touristes en fond!), beaucoup trop d’activités nautiques, çà gâche un peu le paysage, et on y reste une heure juste histoire de prendre des photos. Bref, un lieu exceptionnel, à voir quand même, mais pas assez « sauvage » pour nous. En revanche, nous avons adoré notre journée d’excursions. Nous sommes passés par l’agence Kreola pour réserver une journée sur le bateau pirate One Love , avec boissons à volonté (Ti punch non stop), buffet le midi, musique live par l’équipage, snorkeling et visite de cascades. Les membres d’équipage étaient adorables, souriant, accueillant, ils nous ont parlé de l’histoire de leur île, nous on fait rire, danser et chanter ! On a passé une journée inoubliable avec eux et 6 autres français.
  2. Baie de Tamarin & l’Île aux Bénitiers : une journée incroyable où l’on a pu nager avec des dauphins en pleine mer ! Lever à 5h30 du matin pour être dans la baie de Tamarin vers 8h, heure de passage des dauphins quotidiennement. On a eu de la chance il y en avait une bonne cinquantaine ce jour-là. Le skipper-sauveteur nous donne les instructions puis on plonge avec lui, masque-tuba-palmes en plus. Ça ne dure pas longtemps, mais c’est hyper intense ! Ils étaient juste à quelques mètres de nous… Ensuite nous sommes allés sur l’île au Bénitiers, une petite île très sympa où nous avons mangé un barbecue, bu de l’eau de coco fraîche et même goûté des oursins fraîchement pêchés. Jute en face de l’île, il y a le fameux Crystal Rock qui trône dans des eaux cristallines…
  3. Port-Louis & Jardin de Pamplemousses : c’est un peu la visite incontournable selon les guides touristiques et pourtant, nous n’avons pas été transcendés… Port-Louis, la capitale est une ville où il fait super chaud, bien pour acheter quelques souvenirs et visiter le marché, mais ça fait un gros contraste avec les îles paradisiaques… Pour nous ce n’est pas forcément une endroit à visiter absolument, mais tout dépend de ce que vous recherchez. Le jardin de Pamplemousses est très joli, on y voit des centaines de variétés de plantes, mais je m’attendais à quelque chose de plus « dépaysant ». 2h de visite sont largement suffisantes à mon goût !
  4. L’Île Plate & l’Îlot Gabriel : de loin notre journée préférée. Énorme coup de cœur pour ces deux îles (presque) abandonnées, totalement inhabitées, situées à 1h30 de catamaran de l’île Maurice. Je crois que je n’ai jamais vu une plage aussi belle, on avait vraiment l’impression d’avoir atterri dans une carte postale ! Moment les plus dingues de la journée : on a vu des baleines sur notre trajet en catamaran, à l’aller et au retour, et on a pu nager avec des tortues lors de notre stop sur l’îlot Gabriel. Le rêve…

Infos pratiques

  • Prenez le bus ! Ça coute tellement moins cher que le taxi qui est hors de prix, et c’est folklo ;-) attention aux horaires ceci dit, c’est un peu aléatoire…
  • Prenez quand même une petite laine ! Il fait très chaud la journée, mais fin septembre/début octobre, le soir, il peut y avoir du vent et pour les frileuses comme moi, ça caille !!
  • Les Mauriciens roulent à gauche, leur langue officielle est l’anglais mais ils parlent super bien français, car la plupart des mots du créole mauricien sont issus du français. Pas de panique ;-)
  • Et enfin, comme nous sommes resté sur place 8 jours il a fallut que nous organisions très tôt nos excursions. Je vous conseille de planifier votre séjour, de cibler vos visites selon vos envies, et de réserver assez tôt pour ne rien manquer. Il y a d’autres sites que nous aurions aimé voir mais nous n’avons pas eu le temps. Ce sera l’occasion de revenir une autre fois :-)

Crédits photo : Sebastien Voerman©

Bah oui, au fait ! On en parle ? Celle que j’ai A-DO-RÉ porter, celle qui a fait sensation… Bon si vous me suivez sur Instagram, vous avez forcément du voir passer quelques photos. Mais j’avais quand même très envie d’en parler et de vous raconter son histoire. Oui parce que c’est un peu particulier… Cette robe a vécu son 2ème mariage ! Le 1er n’étant pas le mien bien sûr (#captainobvious), mais celui d’Elisabeth car oui, j’ai trouvé THE robe sur leboncoin.fr.

Je savais exactement quel style de robe je voulais : une robe légère, fluide, style bohème, assez épurée. Et j’avais déjà repéré depuis plusieurs années deux créatrices dont j’adore le travail : Rime Arodaky & Laure de Sagazan. Mais pour plusieurs raisons, je n’ai pas pu/voulu en acheter une neuve :

  1. le prix (soyons honnêtes) : ce genre de robes est à tomber,  mais pour moi, totalement hors budget.
  2. le fait d’habiter en province : certes on peut toujours trouver des revendeurs ou se déplacer mais comme la liste d’attente est longue, et que la robe nécessite forcément plusieurs essayages, je ne trouvais pas ça hyper pratique pour moi de choisir un showroom loin d’Avignon.
  3. finalement, avec mon esprit écolo, j’aimais vraiment l’idée qu’une si belle robe, qui a nécessité tant de travail, puisse resservir au moins une seconde fois !

J’ai donc commencé mes recherches chez mon ami Le Bon Coin en août 2016. J’ai repéré un ancien modèle de Rime Arodaky et une robe sur mesure de Laure de Sagazan. J’ai pris mes billets pour Paris (oui bon, il fallait au moins y aller une fois) et j’ai embarqué mes témoins pour aller essayer ces deux robes. Coup de cœur absolu pour la première que j’ai essayé, celle de Laure de Sagazan… J’ai tout de suite senti que c’était la bonne. Son ancienne propriétaire l’avait faite faire sur mesure, c’était donc un modèle unique, en crêpe de soie et en dentelle de Calais, et en plus totalement #madeinfrance. Je suis donc repartie, ravie, avec la robe, comme neuve, que j’ai payé moitié prix. Je l’ai ensuite confiée à Valérie qui a fait un travail de retouches et de remise à ma taille exceptionnel. Si vous habitez Avignon et que vous cherchez une couturière, je vous la recommande vivement. Pour la suite, les photos valent mieux que les mots…

La préparation – Crédits photo : Sebastien Voerman©

Chaussures Sessùn – Crédits photo : Sebastien Voerman©

Parfum Chloé Love Story & bracelet Mini de Gigi Clozeau – Crédits photo : Sebastien Voerman©

« Something old, something new. Something borrowed, something blue… » – Crédits photo : Sebastien Voerman©

Les retrouvailles – Crédits photo : Sebastien Voerman©

 

 

Même pas peur… Quelques minutes avant, entourée de mes témoins adorées ♡ Crédits photo : Sébastien Voerman©

Moi stressée avant le mariage ?! Même pas ! Enfin quasiment pas… La clé ? L’OR-GA-NI-SA-TION. Dans cet article je vais vous parler de ce qui m’a aidée à m’organiser dans les préparatifs, vous donner des petits conseils pour ne rien oublier, s’y prendre à l’avance (quand on le peut) et surtout rester zen…

1. Mon bullet journal (dit « BuJo » pour les intimes)

Et oui ! Ce fut mon allié numéro 1 pour survivre à cette année intense. Vous en avez forcément entendu parler. C’est un système d’organisation personnalisable inventé par le designer Ryder Caroll, qui permet de combiner agenda, to-do-lists, notes, croquis, etc. Il suffit d’un carnet, une règle et un feutre, c’est tout ! J’en ai entendu parler en août 2016, soit à peu près un mois après la demande et je m’y suis mise à la rentrée. Grâce à ce système j’ai pu planifier mes tâches de manière claire et efficace. Chaque mois je me suis fixée des objectifs et s’ils n’étaient pas réalisés, je les reportais au mois suivant. Concrètement, ça donne ça :

Planning annuel

Planning mensuel + Liste d’objectif

Semaine J

Dès qu’une idée me passait par la tête je la notais pour être sûre de ne rien oublier. Ça paraît compliqué, mais c’est juste une habitude à prendre. J’ai d’ailleurs donné un atelier Bullet Journal avec Cindy à la boutique CQFD l’an dernier, et nous en avons prévu un 2ème pour cet hiver

2. Le site mariages.net

J’ai découvert ce site génial en recherchant un lieu pour la cérémonie (il y a aussi l’application disponible sur l’Appstore ou le Playstore). Il suffit créer un compte, rentrer sa date de mariage, indiquer le l’endroit où l’on cherche à se marier et le site nous propose tout un panel de prestataires pour le grand jour (lieu de réception, traiteur, photographe vidéaste, location voiture, etc.). J’ai d’ailleurs trouvé le Mas de notre mariage grâce à ce site, j’ai même eu une réduction sur les menus en passant par ce biais ! J’ai également trouvé mon vidéaste grâce à eux, je vous en reparlerai dans un prochain article.

Il m’a été aussi très utile pour gérer la liste d’invités, leur envoyer un « Save the date » par email, évaluer mon budget, lire les avis et commentaires avant de choisir un prestataire… Et concernant l’organisation, ce site propose aussi la gestion des tâches : mois par mois, il liste toutes les choses à faire, à ne pas oublier, et l’on peut les cocher virtuellement celles qui sont accomplies. Je vous assure qu’il y a pleins de petits trucs auxquels je n’aurais pas pensé… Je vous donne quelques exemples :

  • 10 à 12 mois avant : faire la liste des invités et les prévenir, réserver le lieu, le traiteur, se renseigner sur la cérémonie laïque ou religieuse, rechercher un photographe, etc.
  • 7 à 9 mois avant : prévenir au travail, définir qui fait quoi, regarder les robes de mariées, choisir la destination pour le voyage de noces, etc.
  • 2 à 3 mois avant : acheter chaussures, accessoires, lingerie de la mariée, choisir un dresscode pour les témoins/enfants, faire des essais coiffure/make up…
La check-list

Et j’en passe évidemment. Personnellement j’ai trouvé ça pratique et très utile. Il y a aussi pleins d’articles, d’idées, de conseils et toute une communauté, si besoin de discuter ! Le seul point noir : les mails / newsletter. Pensez à vous désinscrire sinon ça n’arrête pas…

3. Le yoga !

Quoi de mieux pour ne pas stresser ? J’en fais depuis un peu plus de 3 ans et ne peux plus m’en passer… Je pratique à Inspire Yoga Avignon une à 2 fois par semaine, et à la maison quand je prends le temps. Je pense que ça a réellement contribué à ma Zen attitude tout au long de l’année, et le jour J ça m’a aidée à faire quelques petits exercices de respiration quand je sentais le stress monter.

De manière plus générale, je vous conseille de vraiment profiter de chaque petit moment des préparatifs, le vivre de manière positive et sereine… Parce que ça passe teeeeellement vite ! Par exemple, comme nous n’avions pas voulu prendre de Dj, nous avons fait des playlist Spotify. C’était du boulot, certes, mais aussi tellement de bons moments à préparer ça avec mon chéri, de rigolades, d’engueulades, et de souvenirs partagés ! Puis préparer ensemble les décorations, réviser la choré pour la danse des mariés, choisir les alliances… Tous ces moments-là ont eux aussi contribué à notre bonheur infini :-)

Et si c’était à refaire ? Je ne changerai rien. C’était une année bien remplie, mais encore une fois, le jeu en valait la chandelle !

 

Pour le premier article « wedding » je voulais vous parler de nos faire-parts de mariage. C’est un élément important des préparatifs car ils vont servir non seulement à annoncer la date, le lieu et le programme du jour J mais aussi le thème, l’ambiance de votre mariage. Quelque chose de personnel et d’unique qui dépend de chacun, et dans le meilleur des cas, il trônera sur le frigo de vos convives ! C’était une étape qui me tenait beaucoup à cœur, étant graphiste et j’avais déjà pleins d’idées en tête.

Étape 1 : trouver le thème

Pour nous le thème, c’était d’abord la Provence (l’endroit où l’on a migré pour fonder notre famille), le vert de l’olivier, allié à des couleurs naturelles et des matières naturelles (papier épais blanc, kraft, et ficelle de chanvre). Puis mon chéri a eu la super idée y écrire la phrase que nous nous sommes tous les deux tatouée sur le bras, il y a quelques années, notre devise :« When there’s a will, there’s a way » (comprendre « Là où est la volonté, est le chemin. »). Cette devise a fait office de fil rouge tout au long du mariage, on la retrouvera dans d’autres articles déco…

Si vous êtes en panne d’idées, Pinterest est votre ami :-)

J’ai commencé fin octobre 2016 (3 mois après la demande) à imaginer le faire-part, puis j’ai moi-même dessiné nos prénoms et quelques titres. J’ai ensuite créé tout le graphisme sur Illustrator.

Étape 2 : la réalisation

Une fois la création du faire-part et du RSVP terminée, j’ai cherché un bon imprimeur. J’avais vraiment envie d’avoir une impression de qualité avec une petite spécificité, je voulais du letterpress. Ça augmente un peu le budget, mais le résultat en vaut vraiment la peine. J’ai donc rencontré Thomas, du studio Les Caracterres, qui m’a super bien conseillée sur le choix du papier et les caractéristiques d’impression. Il fait également partie du duo détonant Tolubolu dont j’ai fait la connaissance dans la boutique CQFD Avignon. J’ai été hyper contente du rendu et de la qualité de l’impression, et ça a fait mouche auprès de mes invités ! Je vous le recommande donc à 100% pour l’impression de vos faire-parts mariage, baptême, cartes de visite, étiquettes, etc.

Crédit photo : Les Caracterres©

Étape 3 : assembler / confectionner

Pour le reste, il a suffit d’acheter un peu de matériel et de s’armer de patience pour confectionner une cinquantaine de « pack » faire-parts. Mais comme j’adore les travaux manuels, quelques sessions devant une bonne série ont fait l’affaire. Prenez quand même de l’avance car rien que le temps de récupérer toutes les adresses postales,c’est assez long et pénible (les miens sont partis par la poste fin janvier…). Je vous laisse voir la suite en image !

Pour récapituler, voici les liens utiles :

• j’ai fait imprimer les faire-parts ici

• j’ai acheté les enveloppes en kraft ici

• j’ai trouvé la ficelle de chanvre et les confettis par

• j’ai fait faire un tampon sur ce site et l’encre vient d’ici

 

Au final, ça m’a pris pas mal du temps, un peu plus de budget que prévu mais j’étais vraiment contente du résultat, alors aucun regret !

C’est la rentrée ! Et pour moi, c’est l’heure de reprendre ENFIN le blog en main…

Après une année riche en émotions et en changements (fiançailles, déménagement, passage à la trentaine et surtout… MARIAGE!) je reviens plus déterminée que jamais pour continuer à partager ce que j’aime faire de mes dix doigts ! Je vais enfin retrouver ce qui me manquait le plus pour tenir ce blog : du temps.

Au programme : des articles DIY sur le thème « déco de mariage », des bons plans prestataires pour le jour J, des idées d’activités pendant le vin d’honneur, des astuces pour être un as de l’organisation, et aussi des recettes cosmétiques green, mes résolutions « zéro déchet » et j’en passe… Promis, cette fois j’essaye de m’y tenir.

Juste le temps de bien organiser tout ça dans ma tête et j’arrive !

À très vite,

Charlotte.

Hello !

Aujourd’hui je vous propose un nouveau Do It Yourself déco, un abat-jour « volière » à suspendre ou à accrocher sur un pied de lampe. C’est ma copine Emeline qui m’a embarquée dans cette aventure piquante (vous comprendrez vite pourquoi!) et qui a eu la bonne idée de réaliser cette jolie lampe pour égayer le salon ou la chambre. Et en plus, c’est tellement plus fun de le faire à 2 ! Voici la liste du matériel nécessaire :

  •  les structures nues pour l’abat-jour
  •  un rouleau de grillage
  • de la peinture en bombe
  • une grosse ampoule LED
  • des oiseaux

diy-cage-oiseaux01diy-cage-oiseaux02

Vous pourrez trouvez tout çà chez Zodio. Vous aurez également besoin de quelques outils :

  • du fil de fer
  • une pince coupante
  • des gants (nous n’en n’avions pas, donc on s’est un peu ruiné les mains!)
  • éventuellement un pince pour tenir le grillage à la structure

Temps : comptez une après-midi pour tout réaliser

Budget : comptez entre 35 et 50 € (selon la structure choisie et la taille de l’ampoule)

Première étape : fixer le grillage à l’abat-jour à l’aide de pinces et /ou de quelques morceaux de fils de fer.

diy-cage-oiseaux04

video01

diy-cage-oiseaux03

Deuxième étape : une fois que la structure est calée, faire passer un long fil de fer en serrant bien fort, comme si vous vouliez « coudre » le grillage à l’abat-jour.

video02

Ensuite, découpez le surplus de grillage et coupez les morceaux de grillage le plus ras possible (et c’est LÀ que ça pique!).

diy-cage-oiseaux07

Le résultat :

diy-cage-oiseaux05 diy-cage-oiseaux06

Troisème étape : bomber le tout en 2 fois (laisser sécher une demi-heure entre les deux couches environ). J’ai choisi une couleur cuivré mais c’est aussi très joli en argenté ou vieil or.

video03

Quatrième et dernière étape : fixer la lampe sur son pied ou sa suspension, en plaçant l’ampoule, puis ajouter les oiseaux sur la grille. L’autre option est de les poser sur des branches ou des baguettes qui vous pouvez bomber également.

Voilà le résultat final !

diy-cage-oiseaux09 diy-cage-oiseaux10 diy-cage-oiseaux11

À très vite ;)